About

Un périple en vélo à travers le Mexique pour la reconnaissance des droits des jeunes de quartiers et la promotion de la non-violence.

La banda, comme on dit au Mexique, c’est une bande d’amis, un groupe de jeunes, que l’on retrouve principalement dans les quartiers populaires. La traduction n’est pas évidente, ce serait la bande en Français, le gang ou le crew en Anglais. Quand on est né dans le quartier, la banda représente la famille, les amis, ceux avec qui ont a vécu les meilleurs moments, mais aussi les pires.  Dans les quartiers mexicains, quand on fait partie de la banda, de la place, du quartier, ça aide à aller bien, souvent malgré un contexte environnant difficile. Mais, hors de ces quartiers, nombreux sont les préjugés envers cette jeunesse.

Les jeunes faisant partie de ces bandas dans les quartiers populaires représentent une part importante de la population mexicaine et souffrent d’une grande discrimination du reste de la société. Ils ont aussi des caractéristiques identitaires spécifiques, comme la musique, les tenues vestimentaires ou l’art, comme le hip hop. Ils sont délaissés par les services de l’État et sont des proies faciles pour le crime organisé. San Luis Potosi, une ville d’un million d’habitants à 400 km au nord de México, comptabilise plus de 500 bandas, dont les membres sont âgés de 15 à 35 ans.

Un cri d’existence est une initiative citoyenne, née du constat qu’il est indispensable de valoriser la culture des jeunes de bandas au niveau national mexicain, mais aussi international. Elle s’inscrit dans un contexte délicat de grande violence sur tout le territoire mexicain, lié au narcotrafic et au crime organisé.

Cette première « Caravane pour la Paix » partira de San Luis Potosi début février 2015 et se rendra dans plusieurs grandes villes du pays comme Monterrey, Aguascalientes, Guadalajara, Queretaro. Elle finira son périple dans la capitale, México au bout de deux mois et 2 000 km. Elle comptera à son départ 10 personnes : 7 jeunes et 3 encadrants. Âgés de 16 à 26 ans et issus de différents quartiers de San Luis Potosi, les participants échangeront tout au long du périple au sujet de leurs conditions avec des personnes de différents milieux ruraux et urbains. Le groupe sera également accueilli dans plusieurs quartiers de grandes villes mexicaines, par des bandas, des associations ou des artistes, comme Celso Piña à Monterrey. Ce projet est organisé et encadré par l’association de San Luis Potosi Movimiento Juvenil Popular. Elle gère la sélection et la préparation des jeunes, la logistique et le financement des frais liés au périple pour les Mexicains.

Jean-Félix Fayolle, de l’association nantaise Kouakilariv’, aura la charge de la réalisation de photographies, de vidéos et interviews afin de restituer cette expérience inédite en premier lieu auprès du public nantais. Il dispose d’une expérience de huit ans dans les quartiers mexicains de San Luis Potosi, comme peuvent le montrer ces quelques liens : Site Jean-Félix FayolleNational GeographicPrésentation pour le Movimiento Juvenil PopularTV Azteca ou cette vidéo pour les partenaires mexicains. L’association mexicaine Movimiento Juvenil Popular tient à ce que Jean-Félix vienne couvrir ce périple et que ce dernier participe à sa diffusion internationale. Un relais médiatique sera assuré par le magazine solidaire Altermondes, sur son site internet et dans la revue papier.

L’objectif de ce projet est multiple : apporter une expérience bénéfique aux jeunes participants (ouverture à l’autre, valorisation de soi-même), mettre en lumière les problématiques des jeunes de bandas auprès de différents milieux sociaux, échanger avec des jeunes de problématiques similaires et de quartiers différents, partager cette expérience au niveau international et faire germer de nouvelles idées dans des pays différents. Nantes serait la première ville à accueillir cette exposition, en parallèle du congrès international Vélo-City 2015.

 

 

Ce reportage sera transmis à l’association mexicaine Movimiento Juvenil Popular et Nantes sera la première ville à accueillir l’exposition du projet, ceci dans le cadre du congrès international  Vélo City 2015.

L’exposition sera composée d’une centaine de photos moyen et grand format et présentée le long des pistes cyclables nantaises à partir de début juin 2015. Elle restera en place un temps indéterminé , laissant libre cours aux interventions climatiques et humaines.

Une contribution a été envoyée à Vélo-City 2015 pour une présentation lors du congrès. Des visites guidées à vélo de l’exposition pourront partir depuis la Cité des Congrès et du centre-ville. D’autres visites seront adressées à des scolaires et à des usagers de maisons de quartiers et des présentations «entre-les-murs» seront également envisagées avec projection de vidéos et de photos. Ces temps se dérouleront sur la première quinzaine de juin 2015. Un atelier photo sera organisé à destination de jeunes d’un quartier nantais dans le cadre du festival SPOT.

D’autres temps pourront être organisés à partir de la rentrée avec une exposition « d’intérieur » en fonction de la demande de la part des acteurs de l’éducation et du socio-culturel de Nantes Métropole. La diffusion du reportage sera assuré en partenariat avec Iris Pictures, collectif dont Jean-Félix Fayolle est également contributeur.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s